Home / Décryptage / Pourquoi nous combattons

Pourquoi nous combattons

Capitaine Harlock
Démocratie Participative
11 juin 2017

Il est parfois nécessaire de rappeler, très simplement, ce pourquoi nous combattons. Pas pour une idéologie complexe ou par raffinement philosophique. Mais pour les nôtres.

Cette jeune fille australienne a donc été détruite par ça :

Plus largement, on ne compte plus le nombre de simples Français dont les vies ont été prises par ces rats. Des jeunes, des vieux, des femmes. Et dans des conditions parfois particulièrement atroces.

Un exemple de cette banalisation de la sauvagerie allogène :  les médias continuent de matraquer les noms du nègre Bouna et de l’arabe Zyed morts dans un transformateur électrique en fuyant la police tandis que le silence est total sur ceux de Jean-Jacques Le Chénadec et Jean-Claude Irvoas, deux Bretons tués en banlieue parisienne lors des émeutes de 2005.

Si nous ne tenons pas la ligne, c’est tous les Européens qui finiront broyés.

Je pense que cette jeune Australienne, Sara Zelenak, incarne ce qui est en jeu.

 

  • the Passenger

    Je n’ai jamais oublié ce vieille homme massacré devant chez lui, ni ce père de famille assassiné devant sa femme est son gosse.

    Il faut donc toujours se rappeler que les médias ont aussi leurs responsabilités dans cette politique criminelle.

  • Poseidon31

    Bah c’est sur ils exterminent le haut du tableau niveau genes pour le remplacer par les déchets génétiques qui trainent partout dans le monde, ses femmes et hommes blancs purs non métissés, descendants des dieux, on peut voir leurs physiques quasi divins dans beaucoup de leurs individus.(voir la quasi déesse de la photo)

    Alors que les autres merdes, on voit bien qu’ils sont d’une impureté physique et mentale.

  • the Passenger

    Parce que nous avons le gout de la justice, quoi qu’il arrive…

    https://www.youtube.com/watch?v=4AxaFMXL__g

  • matt

    Envie de faire un pogrom serieux.
    Un blanc qui souffre dans le monde c’est mon coeur qui saigne.
    Rip a nos freres et soeurs.