Home / Guerre raciale / Nord : 2 autochtones maghrébins persécutés par la justice coloniale française

Nord : 2 autochtones maghrébins persécutés par la justice coloniale française

Leutnant
Démocratie Participative
24 octobre 2017

 

 

Des racisés injustement accusés de braquage alors qu’ils procédaient à une opération de réparation morale post-coloniale.

La Voix du Nord :

La voiture avait été aperçue par des témoins, avec trois personnes à l’intérieur : le braqueur, la conductrice et un troisième qui faisait le guet. Le soir même, la caissière de 26 ans a repéré le véhicule, avec la conductrice à son bord. Celle-ci a donc été interpellée.

La jeune femme de 26 ans, elle aussi, a expliqué que El Aziz Benseddik, le braqueur, lui avait demandé de l’amener chez sa grand-mère depuis Denain où ils résidaient avec son « ami de Paris ». Quand il lui a demandé de se garer devant le magasin, elle a compris ses intentions et tenté, vainement de le dissuader, tandis que Smaïl Ouazou, le troisième homme, l’encourageait. Elle a néanmoins décidé de l’attendre et de l’aider à prendre la fuite après son méfait.

Benseddik a avoué, précisant avoir commis ce braquage pour s’acquitter d’une dette et sous l’empire de l’alcool. Par contre, Ouazou, qui n’avait pas répondu à sa convocation par la police et avait passé un long moment au chevet de sa grand-mère au Maroc, assure qu’il ne se trouvait même pas dans la région au moment des faits. Il a été interpellé à sa sortie d’avion, une semaine tout juste avant son procès.

Le tribunal est allé au-delà des réquisitions pour ces deux derniers, condamnant le braqueur à 5 ans de prison et son complice à 4 ans dont un avec sursis et mise à l’épreuve. Le maintien en détention a été prononcé pour chacun d’eux. La conductrice s’en tire avec 18 mois de prison avec sursis. Ils devront verser un total 5 500 euros à la caissière.

  • Bernard Pourav

    Pour aller dans le sens de cette publication , je partage avec vous le  » Coup de gueule  » de Sliman , qui dénonce un contrôle au faciès dont il se dit avoir été victime

    [The Voice (TF1) : Slimane très remonté après un contrôle au « faciès » dans le train] [News Republic]
    http://www.newsrepublic.net/detail/05F68C445B10100001_fr?pid=14&referrer=200620&showall=1&mcc=208

    Bon, comprenez le bien, dénoncer le contrôle au faciès c’est en fait synonyme de  » favoriser l’impunité des bougnoules et des negros  » puisque ça participe grandement a la peur du système de faire respecter la loi auprès de cette faune sauvage.

    C’est ainsi que par peur que ce soit pris pour du controle au faciès, dans mon car, je constate qu’il y a des contrôles seulement sur les lignes de cars qui desservent des coins encore épargnés par l’invasion, et jamais sur celles desservant des commune camélisée, comme c’est ainsi que cet été encore, le préfet de Lyon avait ordonnée a la police de ne pas intervenir en banlieue Lyonnaise sur les rodeos sauvage en moto cross, quad, voiture etc…

  • Shinichi Kudo

    On pourra dire que les choses iront mieux quand ce genre d’affaires de boucaks qui font de la rapine et de l’agression à la personne seront réglées par une balle dans la nuque chacuns et fosse commune (complices compris).
    Pas de justice civilisée pour des gens non civilisés.

  • Godïk le Boiteux

    Lors des élections de 2012, je me souviens de l’ordre donné aux contrôleurs RATP de ne pas procéder au contrôle des titres dans la salle d’échange des RER de la station Chatelêt.
    Paix Sociale Islamique oblige.

  • Bernard Pourav