Home / France / Repli identitaire : Les bougnoules de Beauvais explosent des demandeurs d’asile soudanais

Repli identitaire : Les bougnoules de Beauvais explosent des demandeurs d’asile soudanais

Capitaine Harlock
Démocratie Participative
28 octobre 2017

 

 

La tentation du repli menace le vivre ensemble.

Le Parisien :

Deux rixes en deux jours. Les rapports entre des habitants de Saint-Jean et des demandeurs d’asile du foyer Adoma à Beauvais sont-ils en train de s’envenimer ?

Mardi soir, pour une raison obscure, une première bagarre a éclaté au city stade proche du foyer Adoma hébergeant des demandeurs d’asile. Pour certains jeunes, le terrain de foot est trop occupé par les « gens du foyer ». Pour ces derniers, quelques joueurs du quartier ont tendance à leur manquer de respect, à les « provoquer ». La tension est montée et des coups ont été lâchés.

« Ça aurait pu s’arrêter là, ils auraient pu s’arranger entre eux », s’insurge une riveraine. Mais mercredi, la violence est montée d’un cran. En début d’après-midi, une bagarre près des arrêts de bus de la rue Sénéfontaine a éclaté à nouveau. « Une personne a été hospitalisée avec des blessures sévères », précise Abdelfetah Rachad, directeur territorial des foyers Adoma.

Abdallah, demandeur d’asile soudanais, a été l’une des deux victimes. Les lèvres enflées et affaibli, il raconte qu’une dizaine de personnes les ont frappés lui et son ami alors qu’ils sortaient de la salle de prière. « On n’a rien fait », assure-t-il. « Il ne faut pas tout mettre sur le dos des jeunes », défend une habitante qui estime que la provocation est partie des deux comparses. « Les jeunes qui étaient quatre et pas dix sont venus à la rescousse d’un autre en difficulté », poursuit l’habitante.

Hélas, les bougnoules de Beauvais semblent plus racistes que l’actuelle direction du Front National.

La réconciliation est un travail quotidien.

  • Alexandre Francheville

    Si au moins ces merdes pouvaient s’entretuer, ça nous ferait des vacances…

  • Pierre Adler

    Faut les encourager à s’entre-déchirer.

  • Xavier

    Putain, mais quelle chiasse mon Dieu…