Home / Décryptage / Droite communiste : De Benoist nous rend enfin service en admettant qu’il vote pour Mélenchon

Droite communiste : De Benoist nous rend enfin service en admettant qu’il vote pour Mélenchon

Capitaine Harlock
Démocratie Participative
28 décembre 2017

Je n’ai jamais compris pourquoi dans nos milieux de Benoist était valorisé, même faiblement, sur le marché des idées. Pour la simple et bonne raison que De Benoist n’a jamais proposé aucune idée nouvelle mais navigué entre celles de divers philosophes et autres penseurs pour ensuite en régurgiter ce qui l’intéressait.

Je ne trouve aucune espèce d’idée qu’il aurait défendu qui nous ait été utile. D’ailleurs, pour l’essentiel, de Benoist s’est généralement contenté de recycler l’école révolutionnaire allemande des années 20 et 30 en plus de ses précurseurs du 19ème siècle. Et encore, pour en déformer les propositions fondamentales.

Je ne connais pour ainsi dire que deux personnes qui se revendiquent avec fierté du titre « d’intellectuel » : Bernard Henri Lévy et Alain de Benoist. Ce qui est tout de même un gros signal d’alarme.

Sale prof

De Benoist n’a toujours été qu’un sale prof fasciné par le magistère moral de la gauche. Constamment rappelé par elle qu’il venait de l’extrême-droite, il s’est livré aux plus dégradantes reptations pour parvenir à son but ultime : être considéré par les bourgeois progressistes comme une référence, tout en feignant de les combattre.

Cette déférence pour la gauche ajoutée à son droitisme honteux l’ont amené à tenter de faire passer en contrebande quelques concepts simples comme le différentialisme racial. Du moins, au début. Aujourd’hui, on distingue à peine ce que raconte Finkielkraut sur le « même » et l’uniformisation de ce que de Benoist en dit, au point de tenir un discours parfaitement soluble dans celui de la gauche anglo-américaine communautariste.

Quoi de plus logique pour un prof parisien que de se sentir plus proche d’Attac que de la droite raciste ?

Notez ici que je ne suis pas contre le « communautarisme » qui angoisse tellement les républicains français obsédés par la bâtardisation préventive des races. Simplement, rien dans ce que dit de Benoist n’est fondamentalement révolutionnaire.

De Benoist est un opportuniste qui évolue au gré des modes, passant du « droit à la différence » au tiers-mondisme jusqu’à la « décroissance », cette lubie des écolo-marxistes dont il devait juger qu’elle était de nature à lui donner de la visibilité en plus de le faire passer pour un iconoclaste.

Sale curé

De Benoist, qui partage la sociopathie des gauchistes, a surtout usé et abusé de la mauvaise conscience occidentale pour justifier de son ambition : devenir un petit accusateur hypocrite établi à l’image d’un Edwy Plenel.

Comme tous les profs, c’est un curé raté qui dispense ses sentences à ceux qui perdent le temps de l’écouter déconner. Et ses accusations visent toujours les Blancs, terme que cet enculeur de mouches ne manquerait pas de moquer voire de contester.

Quand il critique la gauche, ce ne sont pas ses idées mais l’hypocrisie supposée de ses tenants restés, selon lui, d’indécrottables chrétiens crypto-racistes. Atteint de mégalomanie aggravée, De Benoist prétend être un gauchiste plus orthodoxe et plus conséquent que les gauchistes et à ce titre, être en position de moraliser gauche et droite confondues.

De Benoist ne daigne quitter sa posture de juge de paix que lorsqu’il s’agit de défendre les bougnoules, sa seule passion authentique.

Il nous le disait dans un entretien accordé aux islamistes de « Fils de Fronce », en 2012 :

Ceux qui pensent que ce qui se passe à Jérusalem « ne les regarde pas » sont tout simplement des imbéciles, qu’on pourrait comparer aux plus obtus des know-nothing américains. Dans un monde globalisé, où tout retentit sur tout, il est évident que nous sommes tous concernés par ce qui passe en Palestine, et que nous le sommes d’autant plus que c’est aujourd’hui l’une des régions du monde où l’actualité est la plus fondamentalement décisive : l’avenir du monde dépend pour une large part de ce qui va se passer dans les années et les décennies qui viennent au Proche-Orient.

Et de poursuivre :

L’association Fils de France cherche à développer l’amour de la France chez nos concitoyens musulmans sans leur demander de renier leurs croyances, ni faire payer leur nécessaire adhésion à la « maison » commune de l’oubli de leurs racines particulières.

Le reste est à l’avenant.

De Benoist, le « néo-païen » en guerre contre le christianisme et le « monothéisme » ne tarit pas d’éloges à l’égard de la plèbe islamique.

Cette passion pour les pouilleux de Palestine est, paradoxalement, la plus belle manifestation de la fascination inconsciente qu’il éprouve pour ce qu’il pense être le christianisme : l’humanitarisme compulsif.

Chez De Benoist le « néo-païen », tout suinte le misérabilisme et l’attirance pour la merde. Il était fatal qu’il termina à geindre sur le sort des bougnoules de Gaza.

On ne peut même pas dire que De Benoist ait inventé l’extrême-droite communiste, s’étant contenté de singer Strasser et Niekisch.

Naturellement, de Benoist a toujours pris le soin particulier de cracher sur son lectorat réactionnaire à mesure qu’il courtisait obséquieusement la gauche. Si ce n’était pour ses factures, de Benoist aurait interdit aux droitistes d’acheter ses bouquins pour éviter toute ambiguïté.

Pour se faire accepter par la bourgeoisie humanitaire, tout y est passé : de la diabolisation péteuse du « racisme » – péché absolu – à la validation de facto de l’immigration via la célébration de la libanisation ethno-culturelle de la France.

Se présentant en homme de cohérence, le Tabagique dénonce l’immigration tout en célèbrant le tribalisme culturel des arabes qui en découle. Il loue la résilience en France des rites bougnouliques comme la circoncision et la consommation de viande halal tout en vitupérant sur les « Mc Donalds » jugés selon lui plus « nocifs » que les mosquées.

Paradoxalement donc, De Benoist offre un discours de validation de la société multiculturelle tout en prétendant en dénoncer les causes et l’origine.

Ce dénonciateur du « matérialisme » n’a d’ailleurs, sur la question de l’immigration, que des griefs de facture marxiste à brandir : « l’immigration, c’est l’armée de réserve du capital ! » proclame-t-il, à la suite du petit-fils de rabbin de Trêves. En somme, si ce n’était que pour le salaire horaire du tourneur-fraiseur, l’invasion nègre et arabe ne serait pas si dérangeante.

De Benoist, surtout, n’a jamais incarné ce qu’il professe sur tous les tons depuis des décennies. Le tenant d’Apollon vit terré sous une pile de livres, recouvert de la cendre de ses clopes. Comme un sale prof.

Coco par conviction

C’est donc sans surprise qu’il a accordé un entretien à Buzzfeed, une publication juive d’extrême-gauche, pour se livrer à son hobby favori : dégueuler sur les nationalistes et les petits blancs racistes encore trop attachés à leur peau, mais si loin des abstractions du Tabagique.

Et d’admettre qu’il est désormais mélenchoniste. Extrait :

Il se voit maintenant comme plus à gauche qu’à droite et dit qu’il aurait voté pour Bernie Sanders en 2016. (Son premier choix durant les élections françaises était le candidat de gauche radicale Jean-Luc Mélenchon). Il rejette tout lien entre sa Nouvelle Droite et la droite alternative (Alt-Right) qui a soutenu Donald Trump.

Bien sûr cet enculé s’est bien gardé de dire à ses interlocuteurs qu’il n’était pas mécontent de prendre la parole aux USA, au sein du NPI de Richard Spencer, pour parader. Spencer, celui-là même qui a créé le terme d’Alt-Right.

Comme d’habitude, cette crapule n’a pu se retenir de cracher à la gueule de ceux qu’il pense se revendiquer de lui. « Peut-être que des gens me considèrent comme leur père spirituel, mais je ne les considère pas comme mes fils spirituels » dit-il dans l’entretien.

Ce faisan arrogant croit réellement que des gens, dans nos milieux, se revendiquent d’une quelconque filiation quand, vraiment, la plupart ignorent jusqu’à son nom pour ne rien dire de ses bouquins. Sur ce, il s’empresse de repousser ces héritiers imaginaires avec dégoût : ces salauds inexistants l’ont empêché de devenir ce qu’il voulait devenir. Un autre Finkielkraut.

Guillaume Faye, interrogé lui aussi, résume :

De Benoist « est un homme du système, pas un révolutionnaire » dit Faye. « Ce que je disais à cette époque c’était de se débarrasser des immigrés et ensuite on fera de l’ethno-différentialisme ». En bref, dit Faye, « je crois en la guerre civile… Il est contre la guerre civile ».

Les dernières déclarations d’Alain de Benoist sont cependant à saluer. Il clarifie ce que de nombreuses personnes disaient depuis longtemps. En assumant de voter pour Mélenchon et ses hordes de bougnoules, de cocos bolivariens et de compagnons d’Emmaüs, il trouve enfin sa place dans la benne à ordures, avec son cendrier.

Au fond, il suffisait de laisser l’anti-christianisme obsessionnel s’exprimer pour qu’il finisse à gauche avec les sans-culottes et les arabes, à faire de l’humanitaire. D’ailleurs, plus grand chose ne le distingue du zapatiste du Vatican.

Un demi-siècle de branlette intellectuelle pour finir par voter communiste, voilà qui résume toute l’histoire de l’extrême-droite française contemporaine.

Et nous aurions du prendre ce SDF politique au sérieux ?
  • Bidochon

    Excellent article, il était largement temps de démonter cette infâme baudruche contorsionniste, réussissant en outre à pleurer les Gazaouis morts tout en rejetant l’antisémitisme. Synthèse audiardienne.

  • nazi

    Merci de rétablir la vérité sur cette imposture tabagique qui ne fascine que les putacrouilles d’Egalité et Islamisation.

  • Noel Le Pen

    J’ai toujours trouvé ce mec casse couilles et toujours à couper les cheveux en quatre. Toujours à vous dire « c’est plus compliqué que ça » pour finalement ne rien dire

  • Martin eightyhate

    http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2013/03/19/le-cas-alain-de-benoist.html

    « En fait, à considérer de près les choses et la personne — sur laquelle je vais revenir — du chef de file de la ND, on en vient à penser que Benoist répond bien à la description célinienne du lettré français faite au milieu des années trente de l’autre siècle mais toujours d’actualité : « Rien n’est plus odieux de nos jours, humainement plus odieux, plus humiliant que de regarder un Français moderne dit lettré, dépiauter narquoisement un texte, un ouvrage… […] Mais regardez ce bravache grelot si indécent de suffisance, obscène de muflerie fanfaronne, d’outrecuidance butée, comme il est accablant…Que lui expliquer encore ? lui répondre ?…Il sait tout !…Il est incurable ! » (7). Quelques années plus tard, sous l’Occupation, Céline précisait sa description clinique de l’intellectuel reconnu en indiquant clairement et de façon très amusante l’onomatopée qui est comme son signe distinctif : « Comment c’est la consécration ? C’est la maîtrise de faire : peutt ! peutt !…[…] Déjà bien vache en petites lumières, babillard du pour et du contre…[…] Et comment ça se fait les peutt ! peutt ! ? Ça se fait en relevant les babines à propos de tout et de rien. C’est une façon de chier par la bouche sur n’importe quoi on vous présente… »  »
    j’adore ce passage… https://uploads.disquscdn.com/images/fe1bb7b1281fef21a9f5c6fede0d5351aafb7bae84f0f22f4e669b9c8598a82a.gif

  • Astolphe

    Magnifique synthèse sur ce que sont devenu Benoist et le GRECE.
    Ou comment des soixante-huitards de droite, nazis honteux, ont fini dans le fond des chiottes.

  • Schibboleth

    Qu’est ce que tu connais du GRECE ? T’as l’impression que Krebs à des leçons à recevoir d’un millenial ?

  • Schibboleth

    Les portraits manquent dans l’émission.

  • Hanokh

    Tiens avec cet article je découvre l’existence de ce sous-singe. Apparemment je n’ai pas manqué grand chose.

  • Pierre Adler

    Alors là, un article cinglant qui me force à refaçonner mon image de ce monsieur. Mais rien que le fait qu’il considérait voter pour cette ordure islamo-gauchiasse hyper-négrophile de Mélenchon me fait vomir. Merci, Capitaine!

  • Jacques Franville

    Au contraire, les « putes à crouilles » pour l’écrasante majorité n’ont jamais entendu parler de lui. Tu voulais sans doute plutôt parler de la mouvance néo-païenne adoratrice de cailloux et bouffeuse de caca bio.

  • Jacques Franville

    De toute façon, le néo-paganisme, admirablement représenté par De Benoist, est une valeur de gauche, comme le communisme, le socialisme, le féminisme, la théorie du genre, etc… car son projet ultime, semblable au mondialisme juif, est d’éradiquer ce qu’il reste de la société traditionnelle européenne (chrétienne), soi-disant pour revenir aux religions primitives préhistoriques censées représenter l’Europe de jadis, alors que ce soi-disant passé lointain ne repose sur aucune réalité factuelle.

    Et puis, je fais partie de ces gens qui croient à la symbolique du physique. Si les gens veulent avoir un aperçu de l’âme du néo-paganisme, il suffit d’afficher les têtes de ses représentants (De Benoist, Venner, Ferrier, etc…). J’ai une question toute simple à poser à ceux qui tomberont sur mon message :

    Confieriez-vous vos mômes à ces individus, même le temps d’aller pisser ?

    Ne me dites pas oui, vous me mentiriez.

    Même les mouches à merde auraient peur de se poser sur ces débris génétiques, et si certains n’ont pas ressenti ce malaise, c’est qu’ils font eux-mêmes partie du problème, et il y en a à la pelle au sein de ce qu’on appelle abusivement « l’extrême-droite ».

  • Astolphe

    Oh je connais bien leurs productions, ça pue la dépression.

  • Clément

    J’ai toujours eu horreur de ces grands sachants qui aiment trop s’écouter parler. Toujours là à intellectualiser, complexifier et débattre à rallonge de la moindre idée simple, à faire du name dropping pour faire le malin. Aussi insupportable que Rougeyron ou d’autres pseudo-natios.

  • Victoire

    Merci beaucoup pour cet article !
    Cet imposteur est aussi très proche de Gabriel Matzneff, pédophile notoire qui n’hésite pas à se vanter de sa vie privée abjecte dans ses essais. Il a pris ouvertement sa défense lorsqu’il fut attaqué à ce sujet.
    Il a été également proche de Guy Hocquenghem, militant homosexuel métissolatre, mort du sida en 1988.
    La nouvelle droite n’est que la vieille gauche libertaire soixante-huitarde qui a changé de nom afin de parasiter l’extreme-droite.

  • soraj
  • Oncle Bob Robert Steuckers

    Baillet en avait cité un tout petit extrait dans l’un de ses deux articles incendiaires de Rivarol.

  • Oncle Bob Robert Steuckers

    Des soixante-huitards qui ont choisi de chanter une autre chanson que celle des soixante-huitards patentés et homologués comme tels !

  • Oncle Bob Robert Steuckers

    Krebs ne s’est jamais renié, ce qui l’honore. En plus, il est docteur, lui, ne se vante jamais de sa thèse, excellente, qui faisait l’admiration de Mohler, pourtant fort avare en compliments.

  • Oncle Bob Robert Steuckers

    Jean Thiriart était plus cru, il disait: « couper les poils de c.. en quatre dans le sens de la longueur ».

  • Oncle Bob Robert Steuckers

    Son vicaire campinois est encore plus fort dans le « name dropping ».

  • Pasaran

    Je déteste ADB mais je me dois de signaler que le NSDAP et plus encore la wehrmacht comprenaient un nombre important de fumeurs. Pas tous dans le sac GRECiste svp.^^

  • Pasaran

    Je note le passage suivant : « À l’heure actuelle, Benoist doit posséder environ 200 000 livres »

    sachant qu’une vie humaine comprend en moyenne 30 000 jours (en comptant la petite enfance), on peut être certain qu’ADB n’a pas lu même le dixième de sa collection. En d’autre termes, c’est un poseur.

  • Pasaran

    Par contre, ça, c’est naze : « quand l’homme de droite authentique, devant tant de « problèmes » qui accablent l’humanité souffrante, passe son chemin en éclatant de rire et en les laissant aux soins diligents d’Isabelle Giordano »

    c’est le gros con de bourgeois de drouate, qui ensuite va chouiner parce que justement, ce sont les isabelles gioradiano qui tiennent le manche. Hitler aurait craché sur ce type « d’homme de droite », qui pue la lose à 10 km.

  • Bidochon

    Rappel salutaire, d’autant que cette pédophilie à géométrie variable ne semble pas inquiéter outre mesure notre Alain National qui a également approché l’individu…

  • VivreEnsemble

    entiérement d’accord

  • Alexandre Dumoile

    Citer Guillaume Faye le soumis intégral à (((qui))) on sait n’est pas un vrai argument ! 🙂

  • Protis Piscis
  • Galahad

    Analyse en tout point exacte. Fine et définitive.

  • Jean-Himmler

    Quand De Lesquen dit qu’il « entretient en secret la pure doctrine SS », il faut comprendre ça comment ?

  • Pierre Adler

    Rougeyron est particulièrement insupportable dans le genre. D’une arrogance et d’une suffisance — une véritable précieuse ridicule.

  • Protis Piscis
  • Höllenhund

    « […] alors que ce soi-disant passé lointain ne repose sur aucune réalité factuelle. »

    Ah oui, d’accord. T’as jamais entendu parler d’archéologie, de mythologie comparée ou même, plus globalement, de l’histoire de l’Europe pré-chrétienne en fait ?
    Il y avait les Celtes, les Germains, les Romains (avant qu’ils deviennent dégénérés) … c’est comme Astérix et Obélix en un peu plus compliqué. Tu devrais te pencher sur le sujet, il y a pleins choses intéressantes. Ça t’apporterait beaucoup pour ta culture général (sans changer ta foi envers ton berger Joshua, mon agneau).

    Pour la symbolique du physique, ça te gêne pas d’être rattaché au pape actuel alors ?

    Et c’est drôle qu’un défenseur du christianisme vienne parler de confier des gosses à des personnalités du « néo-paganisme », quand on connaît le fort penchant de certains curés, prêtres et autres clercs à aimer un peu trop la quéquette des petits garçons (ou leurs arrières trains). 🙂