Home / Décryptage / Après son retour en chanson, Besancenot interdit à Mélenchon de suivre l’agenda raciste de la finance internationale et du patronat

Après son retour en chanson, Besancenot interdit à Mélenchon de suivre l’agenda raciste de la finance internationale et du patronat

Captain Harlock
Démocratie Participative
12 septembre 2018

 

Après sa rentrée en musique, le révolutionnaire trotskiste Besancenot a été invité sur la chaîne prolétarienne TF1 pour poser les bases de son discours de rentrée.

Face à un journaliste très agressif, Besancenot s’est focalisé sur un seul sujet : l’immigration jusqu’à l’infini comme « ligne rouge » et l’obligation rapide pour Mélenchon de rentrer dans le rang après les timides réserves qu’il a récemment émises.


LCI :

Au sujet de la position floue du leader de La France Insoumise sur les réfugiés, le porte-parole du NPA a expliqué avoir « lu une interview du conseiller de Jean-Luc Mélenchon et ça dépasse une ligne rouge« . Et de détailler : « Ça consiste à dire ‘on va assécher les flux migratoires’. Mais on est là pour se protéger des dégâts du capitalisme, pas des autres peuples, on est internationalistes. On veut que ce qu il y a de meilleur au niveau social ou démocratique dans notre pays, on puisse le faire profiter à tous.« 

« La réalité, c’est que les frontières et le racisme sont l’arme historique des classes dominantes pour diviser notre mouvement social », a ajouté le postier le plus célèbre de France. « Je pense pour vous répondre franchement que si Jean-Luc Mélenchon va chercher ses conseils de ce coté-là, il risque de s’engluer dans une vase idéologique et d’être aspiré », a-t-il ajouté.

Estimant que « l’idée que ça soit l’immigration qui fait pression sur les salaires » est « un débat tout à fait nouveau qui ne pas avoir lieu à bas bruit, Olivier Besancenot a lancé une invitation à Jean-Luc Mélenchon. « Je propose sans qu’on se rencontre dans les rues de Marseille, qu’on ait publiquement ce débat devant tout le monde. »

La défense acharnée des frontières par la finance internationale est en effet une constante historique, par opposition aux marxistes internationalistes.

D’ailleurs, quand ces pauvres goyim d’Europe refusent l’immigration des ingénieurs en physique nucléaire, c’est en raison de leur « affaiblissement spirituel » comme dit le dissident français Bernard Henri Lévy.

C’est-à-dire de leur incapacité à être au niveau de la hauteur de vue des philosophes juifs.

La bourgeoisie au pouvoir n’hésite d’ailleurs pas à utiliser la constitution pour transformer la France en camp retranché.

Comme récemment nous l’a rappelé le Conseil Constitutionnel dirigé par le philanthrope juif Laurent Fabius.

Les positions racistes du patronat sont claires, à l’instar de celle du principal représentant capitaliste du pays, Pierre Gattaz.

Bref, il y a un bloc oligarchique déterminé à stopper l’immigration.

Pour toutes ces raisons, Mélenchon doit cesser de faire du pied à Goldman Sachs en utilisant une rhétorique raciste, même si ce n’est que par opportunisme.

Le peuple français exige, unanimement, que l’immigration soit totale.

Le courage de Besancenot, en dépit du black-out dont il fait l’objet, est à saluer. Il n’est pas facile de représenter l’opinion réelle du peuple contre la finance.