Home / Les dernières actualités / Coupe du Monde 2018 : Le nègre diabolique Yaya Touré propose de contenir le « racisme russe »

Coupe du Monde 2018 : Le nègre diabolique Yaya Touré propose de contenir le « racisme russe »

Capitaine Harlock
Démocratie Participative
23 octobre 2017

 

Comme vous le savez, les ploutocraties cosmopolites font du football une de leurs armes de propagande privilégiées en faveur de l’abâtardissement racial des nations blanches.

Les nègres ont bien compris la ficelle et proposent désormais leurs « services ».

Sports.fr :

L’ancien international ivoirien espère que la Coupe du monde 2018 en Russie ne sera pas entachée par des cas de racisme dans les stades. Et il propose même ses services à la Fifa.

Yaya Touré ne sera pas en Russie pour la prochaine Coupe du monde, en tout cas pas sur le terrain, car le milieu de terrain ivoirien a pris sa retraite internationale en septembre 2016. Mais cela n’empêche pas le joueur de Manchester City d’espérer que tout se déroulera bien à Moscou et ailleurs sur le plan du racisme.

Pour l’ancien joueur de l’AS Monaco, le football « est une fête » entre les joueurs et les supporters, « qui voient les stars qui les font rêver ». « Pour moi, cela devrait être ainsi, développe-t-il. Mais s’il doit y avoir des cas de racisme, ce sera un grand gâchis. » Et Touré est bien placé pour s’exprimer puisqu’il assure avoir été victime de racisme durant son passage en Ukraine, au Metalurg Donetsk, entre 2004 et 2005.

Cependant, sa démarche se veut positive, constructive. « Il faut garder espoir, explique-t-il. Tout le monde parle de Russie, en étant parfois un peu dur. Mais j’espère que la Russie va surprendre tout le monde en essayant de faire quelque chose de très bien. Je veux dire à la Fifa, et aussi au gouvernement russe, que je peux les aider s’ils ont besoin de moi. Je ne veux pas seulement prendre part à des discussions. Je veux voir de l’action. (…) C’est important pour l’avenir du football, il faut du changement. Et c’est très important que les joueurs s’impliquent, et je serai ravi de le faire. Je suis là pour aider, appelez-moi à tout moment. »

Ce sale nègre est donc candidat aux voyages payés par la Fifa « et le gouvernement russe » pour baiser des gamines slaves dans des hôtels cinq étoiles avant de confirmer que « tout va bien » en Russie « sur le plan du racisme ».

Ces singes sont diaboliques.

Mais derrière le nègre, il y a le maître.

 

Et cela ne cesse pas :

Du 5 au 19 octobre prochain se tiendront les semaines FARE (Football Against Racism in Europe). La Licra a, cette année encore, été désignée coordinateur national de l’opération. Durant cette période de nombreux événements auront lieu à travers l’Europe pour promouvoir le changement dans un esprit positif et lutter contre le racisme et les discriminations dans le football.

Sept de nos sections (Licra Dijon, Licra Bas-rhin, Licra Roanne, Licra Auvergne Rhône-Alpes, Licra Marseille Métropole, Licra Châlons-en-Champagne et la Licra Nice) ainsi que huit autres associations partageant des valeurs communes aux nôtres prendront part à cette opération.

Les actions organisées ont pour objectif de promouvoir, via le football la diversité, favoriser l’émancipation des femmes et l’insertion sociale des minorités ethniques et des réfugiés. Des tee-shirts, des affiches et nombre d’autres goodies ont été envoyés par FARE à nos sections pour l’occasion.

Très sensible à la misère des nègres et autres bougnoules qui pullulent dans les clubs français, Jean-Michel Platini s’était fait un devoir de faire de la lutte contre les Blancs un objectif majeur à la tête de l’UEFA.

 Ils ciblent le football car la jeunesse blanche s’y intéresse. Si vous voyez un jeune Blanc de 16 lire quelque chose dans un supermarché, ce sera L’Équipe et rien d’autre. C’est d’ailleurs le rôle de l’Équipe de France que de faire la promotion de la « négrification heureuse » de l’Hexagone sous la conduite des juifs.