Home / Décryptage / Djihad : Le sale nègre musulman Hamidou Anne proclame que « la France blanche et chrétienne est terminée »

Djihad : Le sale nègre musulman Hamidou Anne proclame que « la France blanche et chrétienne est terminée »

Capitaine Harlock
Démocratie Participative
18 octobre 2017

Il ne surprendra pas nos lecteurs que le nègre ou le crouille, quand le Blanc se relâche, prend de l’assurance et abat ses cartes, certain qu’il est de pouvoir enfin laisser libre cours à sa soif de génocide et de pillage.

C’est précisément ce qu’a fait le sale nègre Hamidou Anne dans les colonnes du journal juif Le Monde (Pigasse) alors qu’il se portait au secours de la négresse mélenchoniste Bonobo.

Le Monde :

Les détracteurs de Mme Obono ne la pensent digne que de faire la queue devant la CAF ou les Restos du cœur, inspirant le dégoût par ci et la pitié par-là, mais nullement de représenter le peuple français. Or cette France raciste, misogyne et conservatrice devra subir l’image pendant cinq ans d’une femme noire arborant son écharpe tricolore et siégeant au palais Bourbon.

Il y aura d’autres Danièle Obono au Parlement français, dans les ministères et même un jour à l’Elysée, car la marche de l’Histoire est ainsi faite. La France blanche, chrétienne, au risque de terroriser certains petits esprits, est finie. Terminée. L’avenir du monde est le métissage avait prédit un illustre français, qui a siégé dans le même Hémicycle que Danièle Obono aujourd’hui : il s’appelait Léopold Sédar Senghor.

Ce sale nègre est un énième agrégé de grammaire – comprenez un singe savant – dont l’université française à le secret.

Je n’aurais de cesse de marteler cette vérité : ce que ces sous-hommes qualifient de « racisme » n’est rien d’autre que le fait, pour l’homme blanc, de vivre en maître sur ses terres ancestrales.

Le « racisme » qu’ils dénoncent n’est que le droit à la vie de l’homme blanc. L’antiracisme est consubstantiellement génocidaire et vise à notre extermination.

C’est pourquoi, par définition, aucun nègre ne peut se plaindre d’aucun « préjudice » en Europe : le nègre ou le métèque n’a aucun droit sur notre terre et ne peut donc bénéficier d’aucune protection légale de quelque sorte que ce soit.

Ce n’est qu’à la faveur du fatras juridique libéral que ces envahisseurs assoiffés du sang de nos enfants peuvent prétendre avoir des droits sur nous.

Toute cette vermine parasitaire est absolument étrangère à la notion même de justice, notion qui pour elle est synonyme de racket : dans leur conception primitive et enfantine du monde, la corne d’abondance occidentale doit être retirée de la main des Blancs pour leur seul profit, ne comprenant pas que cette abondance n’est que le résultat du travail de l’Aryen.

Pour ces nègres et ces crouilles, le monde n’est qu’une gigantesque CAF. Il suffit de demander pour recevoir et s’ils ne reçoivent pas assez, le Blanc doit être assassiné, torturé, humilié. C’est cette réduction en esclavage des Blancs à laquelle travaillent tous ces parasites raciaux qui grouillent en France et en Europe.

Tout cela est le cœur même de la guerre raciale et religieuse actuellement en cours en France et en Europe de l’Ouest, que cela plaise ou pas. Certains nourrissent l’illusion d’un ajournement de la confrontation moyennant concessions, attentisme, apaisement.

Non : l’invasion afro-musulmane doit être stoppée et cette sale race remise à sa place. Ces métèques arrogants doivent être remis à leur place.

Ils vont au devant de graves revers.