Home / Décryptage / Hapsatou Sy admet avoir échoué à blanchir sa race après s’être fait rappeler qu’elle était couleur caca dans un courrier rempli de merde (vidéo)

Hapsatou Sy admet avoir échoué à blanchir sa race après s’être fait rappeler qu’elle était couleur caca dans un courrier rempli de merde (vidéo)

Captain Harlock
Démocratie Participative
09 octobre 2018

Un échec dur à avaler.

 

Huffington Post :

Un acharnement terrible. Depuis qu’elle a été prise à partie par Éric Zemmour, Hapsatou Sy canalise la haine de nombreux internautes. Sur les réseaux sociaux et comme dans le monde réel, elle ne cesse de recevoir des courriers d’injures, d’insultes, des attaques racistes.

Mais ce lundi 8 octobre, l’un de ses détracteurs est allé encore plus loin, comme elle le raconte dans une vidéo partagée sur ses réseaux sociaux. « J’arrive au bureau. Comme un lundi, j’ouvre mon courrier. Et je reçois de la merde de gens qui se faisaient chier ce weekend« , commence-t-elle.

Sauf que cette fois, la femme d’affaires et de médias de 37 ans parle au sens propre. Elle se filme effectivement ensuite en train d’ouvrir un courrier qui comporte un message raciste: « Non, on ne se laissera pas bouffer par des singes de ton genre. Re-grimpe vite dans ton arbre, tu es de la merde. » Un morceau de papier sur lequel se trouve également une trace de déjection.

« En plus du dégueulis que je reçois sur les réseaux sociaux à longueur de journée, maintenant vous continuez après les menaces de mort à faire ça… Vous perdez votre temps. Je continuerai à dénoncer ce avec quoi je ne suis pas d’accord. Et vous ne gagnerez pas non plus. » Comme dit Hapsatou Sy: « Le mec, il se fait chier. Vraiment. »

Il y a 95% de chances pour que cette négresse du Sénégal se soit envoyée ce courrier elle-même pour continuer d’attirer l’attention.

Mais admettons que ce courrier soit authentique.

C’est un très dur constat d’échec.

Les nègres savent pertinemment que le monde est régi par la réalité raciale, l’échelle hiérarchique entre les races et la lutte entre elles qui en découle.

De ce point de vue, l’esprit élémentaire des nègres est plus observateur que celui de nombreux Blancs qui n’ont de cesse de vouloir plaquer sur ces créatures des modèles culturels qu’elles sont incapables d’assimiler et encore moins de reproduire.

Cette Hapsatou n’a pas épousé un poubelleur peul mahométan mais un mâle blanc susceptible de blanchir sa progéniture, donc de lui garantir une position sociale plus favorable.

Se voir effectivement renvoyer à sa nature excrémentielle de négresse est un retour brutal à la réalité.

Ceci dit – et c’est un point crucial – le nègre n’admet jamais publiquement la réalité de son infériorité. Il ne l’admet pas car il a parfaitement compris que l’affaiblissement des Blancs – qui ne peut être obtenu qu’en délégitimant le racisme défensif de ces derniers – renforce mécaniquement les nègres.

Il ne peut resquiller dans l’ordre racial qu’en répétant les stupidités de l’égalitarisme antiraciste.

D’entre tous, les mulâtres sont les plus vicieux car leur position entre les deux races est déterminée par deux dynamiques : la première qui est la recherche de l’affaiblissement de la race blanche, la seconde qui est le renforcement des nègres.

Mais pas n’importe quel renforcement : un renforcement sous la stricte domination de la caste mulâtre.

Pour le mulâtre, le Blanc est toujours trop puissant et doit donc être invariablement affaibli. Obsession qu’il partage avec le juif. Mais le noir, ainsi renforcé, doit être le serviteur éternel du mulâtre, celui qui est tout en bas de l’échelle raciale et « chromatique ».

Cette négresse Sy représente parfaitement cette stratégie : elle blanchit sa race d’un côté mais utilise son statut de négresse médiatique pour inciter à la haine contre les Blancs qui résistent à la prédation nègre pour mieux asseoir son autorité sur les nègres.

On ne doit jamais manquer de pointer du doigt le mépris des mulâtres envers les nègres et montrer à quel point ces mulâtres sont des manipulateurs qui n’ont pour seul projet que d’établir leur domination sur les cafres.

Ces mulâtres accumulent, tout au long de leur vie, une gigantesque frustration, produit de leur propre équation génétique : être suffisamment intelligent pour comprendre partiellement l’univers blanc, ses codes, désirer y appartenir mais savoir qu’il est inaccessible à tout jamais en raison même de leur part raciale négroïde.

De quoi procède ce ressentiment racial, généralement instinctif, fruit de la malédiction du mélange du sang.

D’entre tous, les mulâtres seront toujours les plus authentiques cadres de la révolution raciale bolchevique juive, les supplétifs biologiquement programmés pour répondre naturellement aux ordres de destruction du monde blanc lancés par les juifs.