Home / France / Inattendu : Les ingénieurs et astrophysiciens de l’Hindou Kouch coûtent en fait des milliards aux prolos français

Inattendu : Les ingénieurs et astrophysiciens de l’Hindou Kouch coûtent en fait des milliards aux prolos français

Capitaine Harlock
Démocratie Participative
04 décembre 2017

 

Le retour sur investissements devrait cependant être de l’ordre du décuple voire plus, entre 50 ou 250 milliards d’euros, comme le confirme fort justement le démographe et chercheur au CNRS Daniel Ben Shekel.

Breiz Atao :

L’Etat a versé à diverses associations, au cours de l’année 2016 (dernières données publiées), 56 863 subventions, pour un montant total de 4,69 milliards d’euros. Entre 2015 et 2016, le montant officiel des subventions d’État aux associations a plus que doublé : + 2,63 milliards d’euros.

On notera que 888 associations bénéficient d’un million d’euro ou plus de subventions.

La liste de ces associations est consultable dans un document annexe à la loi de finances 2018, intitulé « Effort financier de l’État (sic) en faveur des associations » . Cet « effort » est en réalité porté par les contribuables mais décidé par le gouvernement afin de maintenir le contrôle politique sur la société.

L’INSEE estime à 104,2 milliards d’euros le chiffre d’affaires du monde associatif en France en 2013 (dernières données publiées), dont 45%, soit 47 milliards d’euros, proviennent de financements publics (subventions et commandes publiques).

Parmi les dix associations les plus lourdement financées par le gouvernement, on retrouve des fleurons de l’activisme socialo-marxiste à l’instar de « Coallia », en charge de l’organisation de la colonisation de peuplement afro-islamique en France (76 millions d’euros). Toujours en appui de cette colonisation, France Terre d’asile (44,4 millions), Emmaüs (43 millions).

Au final, plus besoin de lancer des opérations humanitaires dans le tiers-monde puisque désormais, le tiers-monde est en France.

Les équipes de permanentes de France Terre d’Asile se veulent très optimistes pour la suite.