Home / Décryptage / La grosse pédale Jeremstar veut qu’on sauve son anus de la victoire annoncée du califat

La grosse pédale Jeremstar veut qu’on sauve son anus de la victoire annoncée du califat

Capitaine Harlock
Démocratie Participative
24 octobre 2017

 

Au moins trois catégories de personnes sont de moins en moins exaltées à l’idée d’une majorité musulmane en France.

Dans l’ordre : les juifs, les pédales et les femmes.

L’immonde fiotte Jeremstar a rompu l’harmonie prévalant jusque là sur le sort des racisés du califat en exigeant leur exécution extrajudiciaire.

Tout ce qu’il faut comprendre de cet échange est sous-entendu par les appartenances tribales des uns et des autres.

Tout d’abord, Miss Chocolat fait clairement la moue. Elle vient des banlieues ethniques et l’idée de voir ses deux frères éliminés par un drone ne l’enthousiasme pas particulièrement, sans parler du fait que si elle laisse entendre qu’elle se rallie à l’idée, c’est le viol collectif garanti dans une cave d’Aulnay.

Ensuite, le likoudnik Goldnadel qui s’agite dans tous les sens, visiblement très exalté à l’idée, avant d’être repris par la demi-nègresse mélenchoniste Garrido, qui elle mise sur la démographie islamique pour écraser le capitalisme, les Blancs et incidemment Israël.

Garrido pointe le fait que Goldnadel est un « double national » – sans dire qu’il est franco-israélien – et qu’à ce titre, ses positions sont subjectives. On notera que la grosse Garrido est elle-même franco-chilienne. Ou plutôt chilienne avec des papiers français.

Sur ce plateau où se concentre toute la dégénérescence de la France contemporaine, s’ajoute l’insupportable prof de gauche Polony avec sa coupe de mec qui n’est pas plus enthousiaste à l’idée de devoir un jour porter le hijab dans le métro.

Toutes ces tribus sont le résultat du miracle multiculturel français : un amas de peuplades qui s’affrontent confusément à mesure que le socle racial gaulois disparaît.

Pour savoir ce que sera le futur, il suffit de prendre cette situation et d’y ajouter des armes et un barbu.

L’anti-djihadisme est pour ainsi dire la seule chose qui fasse encore tenir l’édifice pourri de la démocratie debout.