Home / Décryptage / La juiverie se réunit à Paris pour planifier son offensive finale en Europe contre les populistes

La juiverie se réunit à Paris pour planifier son offensive finale en Europe contre les populistes

Captain Harlock
Démocratie Participative
11 septembre 2018

Nous avons récemment parlé de la version vidéo des Protocoles des Sages de Sion où l’on peut voir la juiverie comploter pour abattre la Pologne afin de la transformer en état sémitisé sous direction juive, c’est-à-dire un état multiracial édifié sur les ruines du christianisme au profit du judaïsme et de l’islam et qui institutionnaliserait la dégénérescence à tous les niveaux, de l’homo-sidaïsme à l’avortement de masse en passant par la traveloïsation.

Pour rappel :

Mais les juifs ne sont pas seulement occupés à conquérir de nouvelles provinces, ils sont également soucieux de ne pas perdre celles qu’ils ont déjà annexé.

La contre-offensive juive sera discutée à Paris, à l’initiative de l’American Jewish Committee, une des nombreuses têtes de l’hydre hébraïque internationale.

C’est la directrice de la branche française de cette organisation subversive qui l’a annoncé sur Twitter.

Les thèmes font écho à ceux du Groupe Bilderberg cet été et explique la guerre contre-insurrectionnelle que mène la juiverie en France comme nous en parlions hier au sujet de l’islam.

Les juifs ne choisissent pas Paris par hasard : la France est leur forteresse en Europe et la capitale française en est le quartier général. A la différence des autres états sous influence juive, ils contrôlent directement la France, grâce au demi-million de juifs qui forment le noyau du système bolchevique qu’ils ont fait de l’Etat Français.

C’est précisément ce qu’a pour tâche de promouvoir Macron, notamment lors des élections européennes.

Les juifs ne cachent pas leur objectif. La structure qui habille leur offensive s’appelle « Le Sursaut », comprendre, « Le Sursaut du Kahal ».

Comme nous le disions hier, les juifs entendent tenir en respect d’une part les musulmans, grâce à des arabes pré-sélectionnés, d’autre part les Blancs, grâce à une droite cassoulet pro-juive. Ce qui est parfaitement expliqué ici :

Une véritable bar-mitzvah : Raphaël Enthoven, Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut.

Vous avez même cet autiste québécois en surpoids qui officie au journal juif Le Figaro, Bock-Côté, qui prétend nous expliquer comment durcir le ton sur l’islam pour mieux préserver la société multiraciale juive.

Vous trouvez ce porc enjuivé partout depuis quelques temps grâce au parrainage de ses maîtres juifs. Lors du traquenard juif de Charlottesville, ce tas de graisse débectant maqué à une arabe avait vomi sa haine du « racisme américain ».

En résumé :

(((Nous)))

La structure de pouvoir juive ne redoute qu’une chose : une guerre raciale et religieuse opposant les mouvements de libération blancs européens d’un côté et envahisseurs nègres et arabo-musulmans de l’autre.

Une telle confrontation imposerait, dialectiquement, la formation de deux camps avec, pour les masses européennes, la nécessité de soutenir les forces nationalistes. Le résultat de cette confrontation ne faisant pas l’ombre d’un doute, elle se traduirait par la victoire des racistes européens.

Pour les juifs, toute force nationaliste capable de s’emparer d’un état signifie la fin de la colonisation juive de cet état. Et la finance juive internationale n’entend pas abandonner l’Europe, une des principales puissances économiques de la planète, sans mener une guerre dévastatrice pour en garder le contrôle.

La petite youpine Simone Benzaquen explique dans un article de la feuille de chou juive « Huffington Post » – gérée par la hyène sémitique Anne Sinclair-Schwartz – les grandes lignes de cette réunion. La menace stratégique identifiée par les juifs est représentée par la volonté de Donald Trump de faire prévaloir un retour à la doctrine isolationniste de James Monroe.

Voici quelques extraits :

L’influence croissante de la Russie dans le jeu mondial – des élections américaines à la guerre en Syrie en passant par l’avenir de l’Europe – pose question et nous oblige nous, démocrates européens, à redoubler d’efforts dans la défense de notre modèle et à apporter des réponses nouvelles.

Si la montée en puissance du modèle russe et modèle chinois peut être en partie imputée au retrait des États-Unis, celle-ci dit aussi l’affaiblissement de l’Europe, son incapacité à surmonter les divisions internes qui la travaillent et la nécessité de penser le socle moderne du lien, trop longtemps considéré comme acquis, unissant les États-Unis et le vieux continent.

Pour que les démocraties libérales continuent de peser sur l’ordre mondial tel que nous le souhaitons demain, réinvestissons les plateformes internationales du dialogue et de l’action concertée; agissons pour une Europe forte; et reformulons un pacte transatlantique !

« Démocrates » et « juifs » sont ici, comme toujours, synonymes.

Ce que cette juiverie redoute, c’est l’effondrement du système de pillage qu’ils ont mis en place grâce à leurs guerres mondiales criminelles. Le plan juif devait entrer dans sa phase finale avec l’invasion de l’Europe par des centaines de millions de nègres et de musulmans au 21ème siècle, amenant ensuite à sa judéo-bolchevisation raciale complète.

Ce système de pillage juif est garanti par le maintien de l’occupation militaire de l’Europe par les USA tandis que l’armée US doit exercer une pression décisive aux frontières de la Russie afin de lancer une révolution juive – « démocratique » en hébreu – à Saint-Pétersbourg et Moscou. Une fois réalisée, la Russie serait transformée en colonie financière juive, ses ressources étant immédiatement placées sous le contrôle de la finance sémitique new-yorkaise.

Après quoi, l’armée russe serait retournée contre la Chine pour achever son encerclement complet sans lequel il est impossible de l’étouffer.

Vous devez nécessairement connaître le plan stratégique chinois « Une ceinture, une route » qui vise à unifier économiquement l’Eurasie par des voies terrestres ultra-modernes en Asie Centrale tandis que un chapelet de ports relierait la Chine à la Grèce.

Lorsque ce projet sera finalisé, le contrôle des mers exercé par les marines anglo-américaines sur les routes commerciales internationales pour le compte de la finance juive n’aura plus aucun impact. L’humanité sera libérée de la rapine terroriste hébraïque.

Actuellement, deux états protègent les projets chinois : la Russie et l’Iran.

La conquête de ces deux états est absolument vitale pour les juifs. Faute de quoi, la finance juive sera expulsée de l’Eurasie avec pour conséquence inévitable une vague d’antisémitisme mondial sans précédent dans l’histoire. Ce n’est pas un hasard si les juifs mènent une guerre ouverte contre l’internet : il permet aux populations d’accéder à des médias libres de poison sémitique.

Pour conjurer cette défaite, seule une guerre victorieuse contre la Russie peut mettre un frein à l’unification économique de l’Eurasie qui marginaliserait l’Amérique sous contrôle juif.

Et Trump ne veut pas de cette guerre parce qu’il sait qu’elle est ingagnable. Il préfère adopter une position défensive, très agressive mais réaliste, qui intègre la nouvelle donne mondiale.

C’est pourquoi les juifs font de la Syrie un théâtre majeur de leur guerre contre l’humanité.

C’est également la raison qui les a convaincu de l’absolue nécessité d’éliminer Trump politiquement.

C’est ce qui se serait passé en 1940 si Lindberg avait été élu président des USA.

Lorsque l’Amérique se sera repliée sur son continent, l’Europe se réaffirmera pour ce qu’elle est. Le contrôle des juifs sur la marche du monde se réduira comme peau de chagrin.

La bête hébraïque a donc décidé, une nouvelle fois, de plonger l’humanité dans une guerre apocalyptique pour remporter son pari à quitte ou double.

C’est pourquoi, dans l’actuel jeu mondial, la France est un théâtre stratégique majeur et la guerre contre la juiverie y est absolument décisive.

Nous devons focaliser nos efforts dans cette direction : amener les masses à prendre conscience de le menace financière juive et de la nécessité de détruire la structure de pouvoir juive qui s’est emparée de l’Etat Français.