Home / Les dernières actualités / La putain Elina Dumont, ravagée par la bite maghrébine et l’alcool, exige que Macron « s’excuse auprès des banlieues » après ses excuses sur l’Algérie

La putain Elina Dumont, ravagée par la bite maghrébine et l’alcool, exige que Macron « s’excuse auprès des banlieues » après ses excuses sur l’Algérie

Captain Harlock
Démocratie Participative
14 septembre 2018

C’est pas comme si je ne l’avais pas prédit

Vous vous rappelez peut-être de la putain Elina Dumont dont nous avions parlé il y a quelques temps, lorsqu’elle avait pris position sur les Grandes Gueules en faveur des prières de rue islamiques.

Quand je dis « putain », c’est ici purement technique. C’est littéralement une ancienne pute. Enfin, « ancienne », disons que selon la version officielle, elle a cessé de tapiner avec des bicots et des nègres à 30 euros la passe.

Bref, cette émission shootée au politiquement correct a décidé de la ressortir de sa cure de désintoxication pour formuler une exigence : que Macron s’excuse auprès des banlieues.

Macron pensait lâcher un pouce pour avoir la paix. Il va devoir consentir un bras.

Si l’on veut, en théorie, c’est logique. Macron s’est effectivement excusé auprès des crouilles du fait que, pendant la Guerre d’Algérie, l’armée française a neutralisé des terroristes rouges qui trahissaient au profit des arabes, sur ordre de Moscou.

En d’autres termes, d’avoir osé tenir tête aux bougnoules, ce qui est tout de même très déplacé en 2018.

Compte tenu du fait que ces mêmes crouilles d’Algérie sont aujourd’hui installés en France par millions, étant entendu que la Guerre d’Algérie continue démographiquement, cette putain a raison : Macron doit s’excuser auprès des « habitants des banlieues » pour avoir accueilli, nourri, logé et blanchi tous ces arabes avec lesquels nous avons été si ingrats.

« Merci les arabes »

Je veux seulement aller un peu plus loin, par anticipation. Il ne faudra pas oublier de dire merci quand ces musulmans chasseront les derniers Français de leurs villes et villages avec, si possible, des dédommagements.

Là, ça sera enfin la vraie justice.