Home / Les dernières actualités / Le dynamisme culturel du Royaume-Uni se confirme avec l’apparition de la variole du singe récemment importée par un nègre du Nigéria

Le dynamisme culturel du Royaume-Uni se confirme avec l’apparition de la variole du singe récemment importée par un nègre du Nigéria

Captain Harlock
Démocratie Participative
11 septembre 2018

Il est important de rappeler au public que l’importation de virus nouveaux permet aux systèmes immunitaires européens repliés sur eux-mêmes de s’ouvrir au monde et de tirer pleinement profit de la diversité.

MesVaccins.net :

Au Royaume-Uni, le 8 septembre 2018, le Public Health England (PHE) a notifié que le diagnostic de variole du singe a été confirmé chez une personne en Angleterre.

C’est le premier cas diagnostiqué au Royaume-Uni. Le patient, qui est un résident du Nigéria où il est censé avoir contracté l’infection, se trouvait sur une base navale en Cornouailles avant son transfert à l’unité des maladies infectieuses d’experts au Royal Free Hospital de Londres. La localité au Nigeria, où l’individu aurait pu être infecté n’est pas indiquée.

Une enquête est en cours pour retrouver les passagers qui ont voyagé à proximité du patient sur le même vol vers le Royaume-Uni. Les personnes sans symptômes ne sont pas considérés comme infectieuses mais, à titre de précaution, sont surveillé pour être traités rapidement si nécessaire.

Ce cas est un exemple de la façon dont un agent infectieux peut être apporté de façon rapide et à longue distance par des voyages internationaux dans un endroit où il n’a jamais été observé auparavant.

Le monkeypox est une maladie largement auto-limitante, c’est-à-dire une maladie qui se résout elle-même. Des éruptions cutanées vésiculaires généralisées, de la fièvre et un gonflement douloureux des mâchoires sont des symptômes caractéristiques associés à une infection. Bien qu’il n’y ait pas de médicament spécifique pour traiter la maladie, lorsque des soins de soutien intensifs sont fournis, pratiquement tous les patients se rétablissent complètement, comme nous l’avons vu avec la flambée actuelle.

L’infection résulte d’un contact direct avec le sang, les fluides corporels, ou des éruptions cutanées d’animaux infectés (manipulation de macaques infectés, ou de rongeurs).

La transmission secondaire d’humain à humain, résulte d’un contact étroit avec les excrétions des voies respiratoires infectées, avec les lésions de la peau d’une personne infectée ou avec des objets contaminés récemment.

Après une période d’incubation de 6 à 16 jours, la période de l’invasion (0-5 jours), est caractérisée par de la fièvre, des maux de tête intenses, une lymphadénopathie (gonflement des ganglions lymphatiques), des douleurs musculaires. Puis survient une éruption cutanée sur le visage (dans 95% des cas), sur les paumes des mains et la plante des pieds (75%) et presque simultanément sur le corps. L’éruption se manifeste par des maculopapules (lésions avec un fond plat), puis des vésicules (petites cloques remplies de liquide), et des pustules, suivies par des croûtes. Les symptômes de la variole du singe durent habituellement de 14 à 21 jours.

Trois fois rien.

Officiellement, le nègre contracte cette variole en croûtant du singe malade.

Bientôt, les bons marchés de Paris offriront partout les meilleures spécialités du terroir, du singe à l’ebola au singe à la variole en passant par le singe au sida.