Home / Décryptage / Les juifs annoncent pour le 8 novembre l’offensive judiciaire pour censurer Démocratie Participative

Les juifs annoncent pour le 8 novembre l’offensive judiciaire pour censurer Démocratie Participative

Captain Harlock
Démocratie Participative
17 octobre 2018

PNJ validés par le CRIF, i.e. « les progressistes » 

Les juifs n’aiment pas le principe participatif. Ils veulent jouer seuls et n’avoir à faire qu’à des personnages non-joueurs.

Fatalement, quand nous avons commencé à jouer avec notre personnage, les juifs ont fondu un plomb.

Nous avons détaillé, ces dernières semaines, l’offensive juive imminente pour détruire Démocratie Participative. Une offensive nécessitant des moyens inédits qui vont faire de DP le standard or de la liberté d’expression en France au sens où nous serons le site le plus censuré de l’internet français.

Les youpins de la LICRA, de la maçonnerie suprémaciste juive du B’naï Brith mais aussi, la juiverie américaine ont annoncé, depuis des semaines, cette offensive.

La stratégie adoptée par les juifs est assez élémentaire : ordonner aux Fournisseurs d’Accès à Internet (FAI) de bloquer le site en France.

Romandie.com :

Paris – Le procureur de la République de Paris a assigné en référé les opérateurs de télécoms pour qu’ils bloquent un site internet d’extrême droite publiant des contenus haineux à caractère raciste, antisémite et homophobe, une démarche inédite, a appris mardi l’AFP de source proche du dossier.

Neuf opérateurs, dont les quatre principaux : SFR, Orange, Free et Bouygues Telecom, sont assignés le 8 novembre à 14H au tribunal de grande instance de Paris dans le cadre de cette procédure d’urgence.

Le procureur demande au juge des référés de constater le trouble manifestement illicite causé selon lui par le site « Démocratie participative » et d’ordonner aux fournisseurs d’accès internet de bloquer l’accès à ce site, dans un délai de 15 jours, sous astreinte de 10.000 euros par jour de retard à compter de la date d’expiration de ce délai.

C’est la première fois que le parquet de Paris demande le blocage d’un site par cette voie procédurale, selon la source.

Cette démarche devant le juge civil intervient alors qu' »aucune poursuite pénale n’a été rendue possible » pour l’heure dans ce dossier, selon la source.

De nombreuses plaintes et signalements dénonçant les propos extrêmement violents publiés par ce site ont été adressés depuis juin 2017 au parquet de Paris, émanant de particuliers, d’associations de lutte contre le racisme ainsi que du Délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah, rattachée au Premier ministre). En vain.

Saisie d’une enquête, la Brigade de répression de la délinquance des personnes de la Police judiciaire (PJ) parisienne n’a toutefois pas été en mesure jusqu’à présent d’identifier le directeur de publication et l’hébergeur du site, celui-ci ne contenant aucune mention légale.

Le nom de domaine est pour sa part enregistré aux Etats-Unis et son titulaire a masqué son identité en ayant recours à une société américaine spécialisée dans ce type de services.

Fin août, le parquet de Grenoble avait ouvert une information judiciaire après la publication quelques jours plus tôt sur ce site de propos antisémites visant Denis Dreyfus, l’avocat de la famille d’un jeune homme tué à la sortie d’une discothèque près de Grenoble.

En fait, le journal juif Le Monde avait déjà expliqué que cette mesure serait prise par les juges, sachant qu’elle serait légalisée a posteriori par le futur projet de loi dicté par les juifs pour censurer tout le web français.

Pour rappel.

Le Monde :

Le rapport suggère également de permettre au juge d’ordonner aux fournisseurs d’accès à Internet d’empêcher leurs clients d’accéder à un site dans les cas les plus graves (menace de mort, incitation à la violence, harcèlement…).

Ce mécanisme existe déjà en droit français, mais les magistrats restent frileux à l’idée de l’appliquer. Anticipant une éventuelle évolution juridique, les autorités ont dans leur viseur, selon nos informations, un site raciste particulièrement odieux et vont prochainement tenter d’obtenir un précédent devant la justice.

Le mécanisme envisagé par le rapport serait justement destiné à atteindre les sites les plus violents qui ont tout fait pour se mettre hors de portée des autorités françaises, notamment en choisissant d’être hébergé dans des pays peu coopératifs.

Il n’y aura aucune « tentative ». La magistrature en France se borne à exécuter les ordres des juifs. Cette procédure judiciaire n’est qu’un habillage légal à destination de la plèbe pour donner un semblant de légitimité au déchaînement de censure hébraïque.

Deux victoires pour DP

les-vre-patriotes-sont-tolerants.jpg

Nous avons remporté ici deux victoires. La première conditionnant la seconde.

Les flics aux ordres des juifs n’ont pas pu agir en amont.

La première victoire réside dans le fait qu’ils n’ont pas pu détruire l’équipe rédactionnelle du site malgré plus d’un an d’enquête et des moyens absolument considérables dévolus à cette fin.

La seconde victoire réside dans le fait que les juifs ont donc été contraints d’utiliser des moyens nouveaux et massifs – la censure d’état assumée – pour venir à bout d’un seul site internet.

C’est ce qu’expliquait encore récemment la négresse cannibale au service des juifs, Laëtitia Avia.

Nous sommes donc passés d’une action de police, par définition obscure, à une action politique, par nécessité publique, avec la couverture médiatique qui l’accompagne.

Nous imposons au gouvernement un coût énorme en termes de CONFIANCE pour parvenir à ce résultat. Tout l’internet français se retrouve de facto en sursis avec une précarité systémique pour tous les sites politiques ou abordant des sujets de société. N’importe quel site internet pourra être censuré à la minute où,  pour des raisons déterminées par les juifs, il deviendra gênant ou contre-productif.

Car n’oubliez pas que lorsque la situation deviendra beaucoup instable les juifs feront preuve d’une beaucoup plus grande volatilité et élargiront leurs frappes à tout ce qui sera jugé problématique, même de loin.

La confiance publique dans l’Etat Français, qui suppose de garantir les droits de tous sans interférence arbitraire, sera considérablement affaiblie grâce cette hypothèque. Notez que la destruction de la confiance dans l’internet d’un pays est également centrale pour son économie.

Combattre le pouvoir, c’est combattre les juifs

Jean-patriote fait confiance aux juifs

Vous pouvez également constater où se situe la frontière réelle de l’opposition en France : le combat contre la structure de pouvoir juive qui contrôle l’Etat Français.

Et dans cette lutte, les juifs s’accommodent très bien d’un « antisionisme » marxisant, parfaitement inoffensif. Ce qu’ils ne tolèrent pas, c’est la résistance raciale des populations blanches au programme de submersion voulu par les juifs qui justifie précisément le combat contre la tyrannie juive.

En d’autres termes, si un site n’est pas censuré sur le modèle de Démocratie Participative, il n’est pas jugé dangereux par les juifs. C’est-à-dire qu’il est inefficace.

Quoi faire face à la censure judéo-bolchevique ?

Le programme juif pour la France

Nous avons, de manière récurrente, invité nos lecteurs à adopter une série de contre-mesures afin d’avoir accès à democratieparticipative.biz en dépit de la censure.

Quand la censure juive entrera pleinement en action, vous devez savoir où nous retrouver :

Premièrement, suivez-nous sur le réseau social russe VK. Vous recevrez toutes les informations utiles là-bas.

Deuxièmement, si vous n’en avez pas, dotez-vous d’un VPN. Nous vous recommandons de souscrire un abonnement à NordVPN. Cela vous permettra de contourner la censure grandissante de l’internet en France en passant par des serveurs étrangers en deux clics comme le permet un VPN.

Troisièmement, adoptez le navigateur Brave à la place de Chrome ou Firefox pour vous connecter directement à notre site en onion Tor : dp742web5fzh674o.onion

La censure va se généraliser

Notez ici le plus important : selon un scénario typiquement orwellien, la presse juive va se féliciter de cette censure au nom « de la liberté d’expression ». La logique juive voulant que plus les goyim sont censurés, plus la liberté des juifs d’agir est garantie.

N’importe qui a deux sous de mémoire peut très bien se rappeler de l’état de l’internet il y a dix ans et comparer avec son état actuel.

La censure qui se met en place progressivement à l’initiative des juifs a visé, jusqu’à présent, à déplateformer les personnes gênantes. C’est-à-dire à exclure des grandes plateformes juives les personnes jugées génantes par les juifs.

Tout d’abord en empêchant ces personnes de générer un revenu leur permettant de produire un contenu X ou Y (démonétisation sur YouTube, interdiction de publicité sur Facebook, suppression de comptes Paypal, etc.).

Ensuite, en les déréférencant de Google.

Enfin, en les excluant purement et simplement des plateformes.

Quand vous avez expérimentez tout ça, il ne reste plus qu’une chose : votre site en ligne. C’est là où Démocratie Participative se trouve et sa suppression suppose la mise en place d’un Firewall à la chinoise par l’Etat Français.

La droite réactionnaire principal soutien de la censure juive

« Bien fait pour ces racistes, ils nuisent à l’image des vrais patriotes ! » –  Name VréPatrioteFranceClovis, hidden location Haifa

Personne ne va se plaindre de la censure de DP pour deux raisons :

  • A) Les gens confondent contenu et contenant
  • B) Les droitistes ont peur des juifs

A) Vous aurez nombre de quidam qui vont se dire que puisqu’ils ne produisent pas notre type de contenu, ils ne risquent rien et peuvent donc se dispenser de défendre Démocratie Participative voire se féliciter de cette censure.

Bien sûr, le moment venu, les contenus qu’ils aiment seront également purgés quand les juifs l’estimeront nécessaire. Que ce soit pour de la grossophobie, de l’homophobie, de l’islamophobie, de négrophobie, l’israélophobie et autres phobies diagnostiquées par le Docteur Goldblum-Sanders.

Le pouvoir donné aux juifs de censurer le contenant – les sites internet – impactera fatalement les contenus – ce que disent les sites internet. Si vous ne défendez pas Démocratie Participative, ne venez pas vous plaindre lorsque des sites plus conformistes sauteront à leur tour parce que tel ou tel juif en aura décidé ainsi.

Parce que CELA ARRIVERA au moment la tension sociale grandira encore

N’est-ce pas Jean-Luc ?

B) Ensuite, vous avez la droite réactionnaire qui, quand elle ne courtise pas assidûment la juiverie qui n’a de cesse de l’humilier et de détruire le pays que cette droite prétend défendre, la craint pathologiquement.

A ce stade, tous les sites droitistes qui ne sont pas ciblés par les juifs sont absolument inutiles et rien de plus que des machines à shekels pour ceux qui les contrôlent.

Oubliez les « oui mais tu comprends » qui visent à justifier leur soumission. La seule chose qu’il y a à comprendre, c’est que ces gens prétendent libérer un pays tout en acceptant son occupation par un système juif hostile. POINT. Ils veulent simplement un bocal, au fond de la cave, d’où ils peuvent tourner en rond sans jamais remettre en cause le système en place. En prenant quelques shekels au passage, ça va sans dire.

Informations pour reconquérir la France, paypal.me/vrésitepatriote

Pour survivre dans cet environnement juif, ils n’auront d’autre choix que de produire du contenu validé par les juifs.

Démocratie Participative démontre, en temps réel, ce qu’est de vouloir réellement informer et les conséquences qui en découlent. Vous n’avez aucun site de gauche n’a eu à affronter le dixième de ce que DP a du affronter. Idem pour les autres sites d’information en général.

Pour informer hors de la censure juive, le seul moyen de financement sont les crypto-monnaies. N’hésitez pas à nous faire des donations si vous voulez continuer à être informés.

Quand les juifs sont venus chercher les Nazis, je n’ai rien dit, je n’étais pas Nazi.

Quand ils ont enfermé les antisémites, je n’ai rien dit, je n’étais pas antisémite.

Quand ils sont venus chercher les blogueurs, je n’ai rien dit, je n’étais pas blogueur.

Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester.