Home / Décryptage / Les juifs déclarent la guerre à la Hongrie après son refus de se laisser submerger par l’invasion négro-islamique !

Les juifs déclarent la guerre à la Hongrie après son refus de se laisser submerger par l’invasion négro-islamique !

Captain Harlock
Démocratie Participative
13 septembre 2018

Les juifs ont déclaré la guerre à la Hongrie et, à travers elle, à tous les peuples européens qui entendent se libérer de leur machine de guerre que l’on appelle l’Union Européenne.

RFI :

Ce mercredi 12 septembre, le Parlement européen a dénoncé la menace « systémique » contre les valeurs de l’UE en Hongrie, et demande à l’Union de réagir en lançant la procédure dite de l’article 7. Il s’agit du mécanisme le plus radical visant un pays bafouant les règles européennes. C’est la première fois que le Parlement européen use de son droit d’initiative pour demander au Conseil (les Etats membres) de se prononcer sur la situation de l’Etat de droit d’un pays membre.

Décision à la symbolique politique forte, le vote du Parlement à l’encontre de la Hongrie lance une longue procédure dont l’issue est incertaine mais qui peut – en théorie – mener à des sanctions à l’encontre de Budapest. La procédure, dite de l’article 7, est rarissime dans l’histoire de l’Union européenne. Néanmoins, c’est la deuxième fois en un an qu’elle est déclenchée. Fin décembre 2017 en effet, la Commission avait initié celle-ci contre la Pologne. Elle en est pour l’instant à un stade préliminaire, après l’audition de Varsovie sur ses réformes controversée fin juin par le Conseil des ministres des Affaires européennes.

Mais ce 12 septembre est un « vote historique », a réagi l’eurodéputée socialiste Sylvie Guillaume sur Twitter. Le vote de l’hémicycle s’annonçait serré, étant donné les règles strictes auquel il était soumis : outre la simple majorité des voix (376), la résolution devait recueillir au moins les deux tiers des suffrages exprimés. Elle est finalement passée avec 448 votes pour et 197 contre (et 48 abstentions).

Le rapport de l’eurodéputée Judith Sargentini (Verts) établit une longue liste de « préoccupations » portant sur le bafouement des libertés et valeurs prônées par l’Union européenne dans la presse, au sein des universités, contre les minorités, contre les migrants, mais aussi en matière de corruption et d’indépendance de la justice. Soutenue par les sociaux-démocrates, les libéraux, les Verts et la gauche radicale, mais dénoncée par les groupes souverainistes qui siègent au Parlement, le sort de la résolution dépendait surtout du vote du PPE (Parti populaire européen).

Donc pour la première fois, une nation européenne est visée par un processus de sanctions par l’UE.

Et ce pays est explicitement visé parce qu’il a commis un crime impardonnable : s’opposer à l’invasion nègre et islamique.

Un simple coup d’oeil sur ceux qui ont voté cette attaque fomentée par les juifs résume tout.

De grosses quinquagénaires amatrices de nègres en surpoids et des cocus qui les applaudissent.

Quand je pense qu’il y a encore des gens dans nos milieux pour trouver normal que des rombières puissent voter et être élues, cela donne le vertige.

Tout ceci est parfaitement représenté par le prêche de cette vieille peau ménopausée d’Eva Joly, infoutue de parler un français correct sans bégayer comme une déficiente mentale.

Ce système n’a plus aucune espèce de rationalité.

Vous avez d’obscures boomeuses norvégiennes en surpoids qui prétendent « défendre » la Hongrie contre son premier ministre, réélu triomphalement par le peuple hongrois il y a peu.

L’UE est administrée, littéralement, par des assistantes sociales fémino-communistes.

Le niveau d’insanité a dépassé sur la scène européenne tout ce qui existe politiquement sur cette terre.

L’UE est le projet le plus abouti de l’univers dystopique juif. Cet enfer visant à faire de l’Europe une société composée de nègres sidaïques, de djihadistes, de vegans, de travelos et de femelles hystériques qui refusent de s’épiler. Le tout sous la supervision d’un état bolchevique que l’on appelle l’UE.

Cette homo-djihadisation du continent n’est devenue possible que grâce à 3 groupes, dans l’ordre suivant :

  • Les juifs
  • Les pédés
  • Les femmes

Car évidemment, c’est une conspiration intégralement juive, de part en part.

Il s’agit, en premier lieu, de la réponse de Soros et de sa tribu à la nation hongroise qui a enrayé au plus haut niveau la mécanique de l’anéantissement des peuples européens par l’arme de l’immigration.

Ce vote avait un autre objectif : restructurer toutes les forces politiques inféodées aux juifs autour de Macron, Merkel étant virtuellement finie.

Le but est simple, c’est de permettre aux juifs dont les intérêts sont défendus par Macron, d’empêcher la droite parlementaire de nouer une alliance avec les populistes, sur le modèle de ce qui s’est passé en Autriche.

Libération :

Il fallait, pour que la résolution défendue par la Néerlandaise Judith Sargentini (écologiste) soit adoptée, une majorité des deux tiers des suffrages exprimés, une super majorité prévue par les traités européens […] Ce sont les députés du PPE qui ont fait la différence, 116 d’entre eux (sur 218) ayant décidé qu’Orbán et le Fidesz avaient franchi la ligne rouge, à l’image de la quasi-totalité des groupes socialiste, libéral, Verts-régionalistes et de gauche radicale. Il est à noter que les députés du Mouvement Cinq Etoiles (M5S) ont aussi voté pour la mise en accusation d’Orbán, à la différence de leurs alliés de la Ligue, avec lesquels ils gouvernent pourtant l’Italie.

En revanche, les groupes eurosceptiques de l’ECR (conservateurs britanniques, PiS polonais, etc.), les europhobes de l’ETDD (essentiellement l’Ukip britannique) et de l’ENF (constitué autour du Rassemblement national) ont massivement soutenu Orbán. Mais ils n’ont pas été les seuls : le PPE a, en effet, explosé façon puzzle. 57 députés ont voté avec la droite radicale et 28 se sont réfugiés dans l’abstention. Parmi les fidèles du Fidesz, trois élus LR qui assument la ligne extrême droitière de Laurent Wauquiez : Angélique Delahaye, Nadine Morano et Franck Proust. Parmi les abstentionnistes, six LR : Michèle Alliot-Marie, Arnaud Danjean, Rachida Dati, Geoffroy Didier, Brice Hortefeux, Philippe Juvin. Au final, sur les 18 LR présents, seuls 9 ont voté contre Orbán.

Autant dire que l’opération article 7 ressemble fort à une opération de déminage menée par Manfred Weber, qui espère être désigné en novembre par le PPE comme tête de liste pour les élections européennes, ce qui lui permettrait de devenir président de la Commission en novembre 2019. Il espère être parvenu à ménager sa gauche, en montrant qu’il combat les démagogues, sans se fâcher avec sa droite, en lançant une procédure qui n’a aucune chance d’aboutir. C’est ce qui s’appelle garder deux fers au feu.

Ce Manfred Weber est l’homme des juifs.

Il n’a de cesse de se proclamer premier protecteur de ces terroristes.

Et il a besoin du soutien de Macron, l’autre homme des juifs, pour parvenir à ses fins.

Offrir à la coalition judéo-démocratique la tête d’Orban sur un plateau, même symboliquement, était la meilleure façon pour lui de montrer sa bonne volonté en tant que possible président de la Commission Européenne et fidèle exécutant des volontés de la finance internationale.

La France sous domination juive est devenue le pivot de celle-ci en Europe.

Vous avez ce Guy Verhofstadt, désormais allié à Macron, qui annonce d’ores et déjà qu’aucune nation d’Europe n’échappera à sa judéo-bolchevisation politique et raciale dans le cadre de l’UE :

Il faut qu’à cette Commission Européenne succède une véritable gouvernement européen qui refonde notre Union à partir de ses valeurs. C’est le choix que nous voulons donner aux Européens l’année prochaine. Une véritable alternative à la vision étroite des nationalistes et des populistes.

Ce type est une caricature de chien des juifs.

Il est d’ailleurs associé aux cercles juifs qui essaient de renver Trump, CNN en tête.

CNN est une télévision intégralement juive.

Evidemment, ces fameuses « valeurs » jamais énoncées sont déterminées par les juifs.

En France aussi, lorsque les juifs sentent le danger, ils justifient leur répression par des « valeurs » qui, hormis celles de la bourse, sont inexistantes.

Cela correspond à ce que j’ai décrit lorsque j’ai évoqué la prochaine réunion juive à Paris pour mener l’offensive générale contre la révolte des peuples en Europe : la France est la forteresse de la juiverie sur le continent et Paris est leur quartier général.

Cette déclaration de guerre des juifs contre la Hongrie et, en filigrane, contre l’Italie, la Pologne et tous les mouvements populaires qui s’opposent à leur politique, suit une procédure standard : si d’aventure un état parvient à se libérer des juifs au point de déterminer sa propre politique, la juiverie mobilise tous les états voisins pour se coaliser contre lui.

Les juifs n’avaient pas agi différemment contre Adolf Hitler dès mars 1933, seulement 2 mois après son arrivée au pouvoir. Là encore, les juifs utilisèrent les démocraties française, britannique et américaine pour fomenter une guerre contre la révolution socialiste allemande qui menaçait de ruine la finance juive internationale.

Ces sales juifs ne vont pas s’arrêter d’eux-mêmes et ils vont utiliser la France comme base principale de leur campagne génocidaire contre l’Europe. Ce qui suppose, au passage, d’anéantir définitivement toute forme d’opposition intérieure.