Home / Les dernières actualités / Copyright : Les juifs interdisent aux Polonais d’exploiter l’holocauste pour leur propre compte

Copyright : Les juifs interdisent aux Polonais d’exploiter l’holocauste pour leur propre compte

Capitaine Harlock
Démocratie Participative
01 février 2018

Dans la longue liste des parasites vivant de l’affaiblissement du corps européen, la Pologne pseudo-nationaliste occupe une solide place. Le fait national polonais ayant été justifié sur un martyrologe immémorial, les chauvins polonais entendaient logiquement exploiter à outrance l’holocauste pour leur propre profit.

I24 News :

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawieci a répondu samedi soir à la vague de critiques suscitée par le vote d’une loi visant à rejeter l’implication de la « Nation polonaise » dans l’extermination des Juifs au cours de la Seconde Guerre mondiale, en affirmant que « Auschwitz-Birkenau n’est pas un nom polonais ». »Auschwitz-Birkenau n’est pas un nom polonais et Arbeit Macht Frei n’est pas une expression polonaise », a tweeté le chef de gouvernement.

« Auschwitz est la leçon la plus amère sur la façon dont les idéologies diaboliques peuvent mener à l’enfer sur terre: les Juifs, les Polonais et toutes les victimes devraient être les gardiens de la mémoire de tous ceux qui ont été assassinés par les nazis allemands », a-t-il également écrit.

Israël a accusé samedi la Pologne de vouloir « changer l’Histoire », au lendemain du vote par la chambre basse du Parlement polonais de la loi controversée, qui sanctionne l’emploi du terme « camps de la mort polonais ». »Cette loi est sans fondement. On ne peut pas changer l’Histoire et l’Holocauste ne peut pas être nié », a proclamé le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

Cette loi prévoit une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison pour les Polonais et les étrangers qui utiliseraient ce terme pour qualifier les camps d’extermination que les nazis avaient installés en Pologne, territoire qu’ils occupaient durant la Seconde Guerre mondiale. Pour entrer en vigueur, ce texte doit être voté par le Sénat et signé par le président polonais.

« Israël demande au gouvernement polonais de modifier cette loi avant son adoption définitive », a affirmé le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères.Un responsable de ce ministère a indiqué que cette loi visait à « dédouaner les Polonais de leur rôle pendant et après la Shoah ».

En d’autres termes, les Polonais voulaient nationaliser l’industrie de l’Holocauste.

L’identité nationale de ces Polonais est intégralement édifiée en négatif de l’Allemagne nationale-socialiste. Ils n’entendent même pas parler de « camps nazis » mais bien de « camps allemands ». Le but étant bien sûr de réclamer pour deux ou trois siècles une sorte de domination morale sur une Allemagne qui n’a par ailleurs rien de commun avec le Troisième Reich.

Et comme les juifs, les Polonais pensent surtout aux shekels qu’ils pourraient se faire dans l’opération.

L’audace de ces gens va si loin que quiconque utiliserait le terme de « camp polonais » quelque part sur la planète devrait être traîné en justice en Pologne et incarcéré. Comme Eichmann mais pour un simple « manquement » à l’honneur polonais.

Ils entendaient donc exploiter à outrance le filon des juifs et d’Israël sur le sujet, mimer la stratégie juive et traire tout le monde sur le registre du patriotisme antifasciste outragé. Il n’est pas exagéré de dire que ces Polonais se prennent pour un second Israël, au sens le plus strict.

Mais ils ont découvert, à leur grande stupéfaction, que c’est un monopole sémitique et que le prix pour avoir osé défier ce monopole est absolument prohibitif.

La juiverie américaine vient tout juste d’entrer dans la danse, au plus haut niveau.

ABC :

Les Etats-Unis ont demandé à la Pologne de repenser ses plans visant à proposer une loi régulant les discours relatifs à l’Holocauste, ce qui a déclenché une crise diplomatique avec Israël, indiquant que si la loi était votée elle pourrait remettre en cause la liberté d’expression ainsi que les relations stratégiques.

Le porte-parole du Département d’Etat, Neather Nauert, a fait part de l’inquiétude de son ministère alors que le sénat polonais se prépare à voter la loi, une étape qui amènerait le projet encore plus loin dans sa validation définitive.

L’ancien président de l’Anti-Deafamation League, Abraham Foxman, a promulgué la condamnation.

La Pologne n’est, comme en 1939, que l’instrument des juifs sur le théâtre européen. Le chauvinisme polonais est rigoureusement soumis à ses maîtres de Youtre-Atlantique et dès lors que les juifs voient leurs intérêts marginalement remis en cause, la laisse se resserre instantanément.

Les juifs entendent bien faire comprendre à ces Polonais qu’ils ne sont pas exemptés de soumission et que cette soumission passe par une reconnaissance de culpabilité éternelle devant les juifs. Exactement au même titre que les Allemands, les Français, les Irlandais et n’importe quel peuple blanc de cette terre, Amérique y comprise.

La Pologne actuelle ne peut exister que grâce à la juiverie américaine qui s’en sert comme d’auxiliaire entre la Russie et l’Allemagne pour prévenir une continuité géostratégique continentale. Et ces Polonais, sincèrement acquis à l’idée d’une sorte d’élection divine et raciale – car aussi délirant que cela puisse paraître aux yeux d’esprits rationnels, ils croient sincèrement à cette énormité – entendent gouverner la moitié de l’Europe.

Ils ont omis un seul détail : s’ils sont admis à le faire, c’est uniquement avec l’aval de leurs maîtres juifs.

Le juif Friedmann avait rappelé le pourquoi du comment.

Les juifs s’accommodent parfaitement d’un antisémitisme déclaratif sur fond de catholicisme ombrageux tant que, sur les sujets stratégiques, ces antisémites d’apparat obéissent au doigt et à l’oeil. La Pologne n’a jamais fait mine de vouloir s’affranchir de la juiverie car elle sait parfaitement que sans elle, elle devrait s’aligner sur l’Allemagne ou sur la Russie, au choix.

Le chauvinisme polonais prétend se suffire à lui-même quand, en termes pratiques, il ne peut rien faire sans les juifs et l’arsenal américain. Il se satisfait d’ailleurs parfaitement de l’arrivée massive de nègres US dont on sait, partout, que la seule et unique chose qu’ils font dans leurs bases, c’est d’engrosser les Blanches du secteur.

Il n’y a qu’à attendre un peu avant que la Pologne découvre quelle est sa vraie place, celle que les juifs lui ont réservé dans leurs plans de destruction. Comme en 1939.