Home / Les dernières actualités / Strasbourg : Pour sauver la démocratie, des punks à chiens camés exigent d’empêcher des gens de causer

Strasbourg : Pour sauver la démocratie, des punks à chiens camés exigent d’empêcher des gens de causer

Capitaine Harlock
Démocratie Participative
04 mars 2018

Le formidable front communiste : 30 camés et des vieux

Donc, dans cette république submergée de nègres et de crouilles clandestins où l’on accueille des djihadistes de retour d’un safari en Syrie, la priorité c’est d’empêcher des gens de se réunir dans une pièce.

Et bien sûr, les communistes de France 3 tentent de gonfler artificiellement une opposition de crasseux communistes.

France 3 Grand Est :

Ils étaient moins nombreux que lors des deux premières manifestations, pour demander la fermeture du bar identitaire le Bastion social, ouvert en décembre à l’Esplanade. Trois-cent personnes en décembre, juste après l’ouverture du bar et six-cent pour le deuxième rassemblement, en janvier. « En ce moment, c’est les vacances » avance un des organisateurs, « alors les gens sont partis, mais nous sommes là pour occuper le terrain« . Une centaine de personnes est venue ce samedi pour répéter que décidément « non, ce bar on n’en veut pas ». C’est « non, à un bar qui prône la haine des étrangers » nous dit une jeune femme qui n’appartient à aucun mouvement: « Je suis simplement une citoyenne de la ville et ça m’interpelle ». D’autres font partis de groupes de gauche ou d’extrême gauche, comme le NPA, Alternative libertaire ou encore l’association Attac (Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne).

Regardez-moi cette fin de race.

« Meuh, faut fermer hein, parce que, heu, c’est contraire à mes valeurs, hein, heu ».

En toute sincérité – et je parle sérieusement – je pense qu’elle est la fille de son frère. Enfin je veux dire, ouai, c’est sûr que son père est son frère, vu sa tête.

Voilà un oeil fort vitreux et une oreille suffisamment basse pour en devenir suspecte. Je n’affirme rien mais j’ai des doutes.

Et pour couronner le tout, ces déchets asociaux comptaient l’éternel vieux communard de la fonction publique.

Et vous avez le soviet de Strasbourg, que certains appellent la mairie, qui a abondamment chialé à cause de ces gens qui donc veulent causer dans une pièce.

Il me paraît évident que ce sont ces marxistes qui doivent être arrêtés et déportés en Guyane pour redécouvrir le travail.