Home / Dégénérescence / Une féministe juive en surpoids gagne l’Eurovision

Une féministe juive en surpoids gagne l’Eurovision

Le Libre Panzer
Démocratie Participative
13 mai 2018

Apparemment, le meilleur de l’audiovisuel européen est incarné par une grosse juive féministe.

Le Monde :

L’Israélienne Netta Barzilai, 25 ans, a remporté l’Eurovision 2018, samedi 12 mai dans la soirée, sur la scène de l’Altice Arena de Lisbonne, au Portugal, au terme d’un concours riche en surprises et suspense. Apportant ainsi à son pays la quatrième victoire de son histoire, vingt ans après celle de sa compatriote Dana International. Son titre Toy, inspiré du mouvement #metoo, s’est imposé avec 529 points.

« Ma chanson parle d’émancipation des femmes, mais aussi de ceux à qui on a répété qu’ils ne faisaient jamais rien de bien, de ceux à qui on a martelé qu’ils n’étaient pas assez maigres ou pas assez forts », avait expliqué la jeune femme mercredi au Monde. « Je ne suis pas un jouet », clame-t-elle tout au long du titre. Ce dernier avait été propulsé favori de cette édition par les bookmakers, qui parient sur le concours, dès sa présentation en mars. Elle avait conservé cette place de longues semaines.

Littéralement ça :

Il y a une continuité.

Les Français s’étaient démenés pour l’emporter.

Le duo pop français Madame Monsieur et sa chanson Mercy, qui figurait parmi les favoris, pointe de son côté à la treizième place, avec 173 points. Tenue noire et baskets rouges, le duo racontait sur scène la naissance d’un bébé à bord d’un bateau de SOS Méditerranée, après que sa mère, qui fuyait le Nigéria, a été sauvée d’un naufrage en mer.

Si la prestation des Français, sans décor ni danseurs, était placée sous le signe de la sobriété, l’Israélienne Netta, vêtue d’un kimono rose et rouge, a quant à elle offert un spectacle exubérant, parfois déconcertant, mais clairement bluffant. Chantant devant des étagères arborant 112 maneki-neko, ces chats porte-bonheur japonais qui lèvent la patte, elle a séduit par ses performances vocales surprenantes, ponctuées de curieux caquètements, et le rythme entraînant, festif, du titre.

L’invasion.

Ceci dit, en termes de promotion de la dégénérescence, les Français ne pouvaient pas rivaliser avec le porte-drapeau israélien.

D’ailleurs, j’ai appris qu’Israël était en Europe.

Bon, en même temps, comme l’Europe appartient au tiers-monde, les notions trop étriquées de géographie doivent être relativisées.